Loading...

Rentrée scolaire : les Français plus impatients que leur voisins pour remettre leurs enfants à l’école

Posté le

Malgré l'incertitude concernant l'évolution de l’épidémie Covid-19, une augmentation des cas à travers l'Europe, ainsi que les craintes d'une deuxième vague à l'automne, une chose est sûre : la plupart des parents à travers l'Europe veulent que leurs enfants retournent à l'école. Yoopies, leader européen des services de garde d'enfants, a mené une enquête auprès de près de 3000 parents en France, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal et en Italie. C’est en France que les parents sont les plus impatients : l'enquête montre que 78% soutiennent la reprise de l’école la semaine prochaine dans les conditions annoncées par le gouvernement.


En Europe, des disparités entre les pays du Nord et du Sud

Une étude menée par Yoopies auprès des familles européennes cherchait à savoir ce que les parents pensaient de la rentrée scolaire en septembre. Les résultats de l’enquête indiquent que les pays du Nord sont plus favorables au retour à l’école que les pays du Sud. Ainsi, la part de parents qui soutiennent la reprise de l’école en présentiel est la suivante selon les pays: France: 78%, Royaume-Uni: 76%, Italie: 63%, Espagne: 59%, Portugal: 44%. Ces disparités s’expliquent par une perception différente du risque de contamination selon les pays. En Italie, en Espagne et au Portugal, les résultats de l’étude indiquent que la population n’est pas encore prête à reprendre une vie “normale”. A cela s’ajoute une plus grande proportion de parents pouvant rester à la maison pour s’occuper des enfants, allant jusqu’à 81% des parents au Portugal.

En France, un besoin de retrouver le chemin de l’école  

En France, près de 78% des parents soutiennent le retour à l’école avec la mise en place du protocole confirmé hier par le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer. Les arguments évoqués par les partisans de la reprise scolaire sont “le retour à une vie normale”, “la socialisation des enfants” et “la difficulté de faire l’école à la maison”. Le risque sanitaire est sans surprise l’argument évoqué par les 22% de parents se prononçant contre la reprise de l’école. “On met en place des règles de plus en plus strictes partout, sauf à l’école”, s’insurge Nathalie. Beaucoup remettent en cause le non respect de la distanciation sociale et les classes à 30 élèves, certains demandent le port du masque dès le CM1. “Je suis parent ET enseignante et au regard de la recrudescence des cas, il faut absolument un protocole non allégé, le masque obligatoire pour tout le monde, des classes allégées…”, commente quant à elle Julie. 

Une reprise de l’école pour la reprise économique du pays

L’étude Yoopies montre de manière très marquée des disparités en fonction de la situation professionnelle des parents. En effet, parmi les parents qui n’exercent pas d’activité professionnelle, seuls 57% sont favorables au retour à l’école, contre 81% pour ceux qui travaillent. La reprise de l’école apparaît dès lors comme une condition pour la reprise économique du pays.

En parallèle, 68% des parents qui travaillent n’ont pas de solution de garde dans l’hypothèse d’un retour à un protocole sanitaire plus strict et à des fermetures d'établissements scolaires. Ce pourcentage augmente à 76% pour les parents qui n’ont pas la possibilité de télétravailler. “On ne saurait pas comment faire, on a un travail et une entreprise à faire tourner avec 40 salariés”,  exprime ses craintes Valérie.

De plus, l’expérience du télétravail et de l’école à la maison a démontré ses limites et l’impact sur la performance au travail. Pour 60% des salariés parents, la gestion des problématiques personnelles impacte leur efficacité au travail de manière considérable. “Les entreprises doivent prendre leur part et financer la garde d’enfant de leurs salariés, qui a un impact direct sur leur performance. Le gouvernement doit ainsi permettre le versement de prime ou de rémunération variable sous forme de financement de service à la personne afin de revitaliser le secteur” commente Benjamin Suchar, fondateur de Yoopies. Une mesure que cet entrepreneur aimerait bien voir intégrée au plan de relance de l’économie.

 

Etude Yoopies - Rentrée scolaire